Les différents types de management en entreprise

-

Un système de management permet de favoriser une meilleure coopération entre les différents collaborateurs d’une entreprise. Les styles managériaux au sein d’une organisation permettent également d’instaurer une dynamique de groupe. De ce fait, les performances individuelles et collectives des employés à tous les niveaux s’en trouvent améliorées. Le niveau de production est donc ainsi boosté considérablement. Pour parvenir à ces fins, différents types de management peuvent être mis en œuvre au sein des organisations. Découvrez-les!

Le management direct

Le système de management direct est un mode de gestion administrative fréquemment utilisé au sein des organisations publiques. Il est intiment lié à la notion de cadre. Ce type de management priorise le système d’organisation du travail au sein de l’entreprise.

Il s’intéresse moins à l’instauration des relations interpersonnelles entre les différents travailleurs d’une même société. Dans le cadre d’un management direct, l’entreprise met donc l’accent sur la direction et l’orientation. Il consiste à instruire les collaborateurs en ce qui concerne les actions à mener.

Dans ce contexte, les initiatives individuelles sont quasi inexistantes. Le management direct est davantage basé sur la fonction et le poste et non sur l’individu. Il suppose également une surveillance et un contrôle régulier des différentes instructions. L’organisation de la communication dans ce type de management se fait du sommet vers la base.

Le management direct est conseillé dans le cadre de la prise des mesures d’urgence en entreprise. Ce système est également recommandé dans une entreprise où les agents d’exécution disposent de peu de compétences techniques.

Le management persuasif

La technique de management persuasif met aussi l’accent sur l’organisation du travail dans une entreprise. Elle se réfère cependant également à l’aspect relationnel des rapports de collaboration entre supérieurs et subordonnés. Il implique que le cadre se comporte non pas en chef, mais en leader.

Il doit pour cela développer une certaine capacité d’écoute vis-à-vis des collaborateurs. Ce système implique l’instauration d’une communication basée sur l’argumentation. L’explication et l’assistance sont également les caractéristiques du manager persuasif. Il doit constituer un incubateur de performance pour ses collaborateurs.

Sur la base des relations personnelles, ils mènent une étude minutieuse de chaque proposition. Aucune idée n’est rejetée dans le cadre du management persuasif sans avoir préalablement fait l’objet d’une réflexion poussée.

Il est attendu des équipes qu’elles fassent preuve d’innovation. Elles doivent pour cela toujours soumettre des idées nouvelles à la hiérarchie. Elles doivent aussi contextualiser leurs projets par rapport à une vision globalisante de l’entreprise. Les équipes doivent par ailleurs faire preuve de solidarité entre elles.

Ainsi, les collaborateurs peuvent trouver rapidement des palliatifs aux situations nouvelles. De même, le management persuasif implique un sens d’audace de la part des collaborateurs. Ils doivent pouvoir manifester leurs indépendances à travers chacune de leur prise de position.

Ce type de management en entreprise a parfois tendance à fondre en une seule masse la vie de l’organisation et celle des salariés. Cette conséquence n’est cependant que la suite logique de la relation de proximité entre collaborateurs et supérieur hiérarchique.

Avec ce style, le manager est enclin à devenir le seul référent de ses collaborateurs. Ceci étant, un esprit de familiarité dépassant le cadre professionnel a tendance à naître dans les relations professionnelles.

Le management participatif ou consultatif

Dans le cadre d’un management participatif, une place de choix est accordée aux relations entre collaborateurs. Il est donc moins focalisé sur les techniques d’organisation de travail. L’objectif d’un management participatif est de créer une atmosphère de gaieté sur les lieux de travail.

Toute l’équipe est associée aux instances de prise de décision. Ce type d’organisation des entreprises fait donc appel à l’ingéniosité de chaque travailleur. Il suppose une ouverture aux propositions et orientations de toutes sortes. Le rapport de subordination est donc inexistant.

Le supérieur hiérarchique intervient dans ce contexte comme un modérateur pour indiquer les limites. Il fixe donc les aspects qui peuvent être concédés et ceux qui ne peuvent pas l’être. Ce faisant, il concilie intérêts généraux et ceux particuliers au sein d’une même entreprise.

Grâce à ce respect, les travailleurs les moins qualifiés se sentent davantage impliqués dans le projet d’entreprise. Cette valorisation leur permet de s’adonner de leur mieux à la réalisation de la vision.

Il faut toutefois noter qu’un système de management consultatif risque de créer une lenteur. En effet, le processus de prise de décisions étant inclusif, il devient lourd. Les mesures les plus urgentes prennent plus de temps à se mettre en place.

Le management délégatif

Le management délégatif fait appel aux notions de délégation et de responsabilité. Dans ce système, tous les collaborateurs doivent faire valoir leurs compétences techniques. Chaque travailleur dispose de pleins pouvoirs pour mettre en œuvre ses idées. Le management délégatif est basé sur un rapport de confiance.

L’entreprise se charge de fixer les objectifs, les missions et les finalités attendus de l’équipe. Cette dernière définit librement les politiques et les stratégies pour réussir la tâche. En fin d’exercice, une évaluation intervient afin d’apprécier les réalisations.

Le management transversal

Le système de management transversal permet de rendre plus compétitive les entreprises. Cette approche confie la conduite de l’organisation à un manager transversal compétent. Il joue le rôle de coordonnateur des activités menées par les différentes équipes.

Ce système est généralement utilisé lorsque les différents collaborateurs interviennent dans des domaines variés. Le manager transversal ou manager de transition concourt donc pour concilier les centres d’intérêts parfois divergents au sein d’une même entreprise.

En somme, les différents types de management des organisations correspondent à la taille et à la vision de chaque entreprise.

Denières nouvelles

Aide auto-entrepreneur coronavirus : redresser son entreprise

La pandémie de coronavirus a mis de nombreuses entreprises dans le rouge. Les auto-entrepreneurs n’ont pas été épargnés, notamment...

Comment créer une entreprise : les différentes étapes à savoir

Les motivations qui amènent à la création de sa propre entreprise sont nombreuses : pour relever un défi, la volonté...

Meilleurs investissements 2022 : comment et où investir ?

Comment et où investir en cette année 2022 ? Nous allons passer en revue les meilleurs investissements de 2022...

5 astuces pour partir en retraite plus tôt que prévu

C’est peut-être un cas de figure auquel vous n’avez jamais réfléchi, pourtant c’est tout à fait réalisable. Il est...

Top Articles

Aide auto-entrepreneur coronavirus : redresser son entreprise

La pandémie de coronavirus a mis de nombreuses entreprises...

Comment créer une entreprise : les différentes étapes à savoir

Les motivations qui amènent à la création de sa...

Vous aimerez aussiRELATED
Recommandé pour vous